TOP
SHOW



 

Partagez|

Drago&Venia ✘ La nuit garde ses secrets.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


▌Hiboux postés : 281
▌Mon arrivée : 25/04/2012

---------------
Patronus: Une brume informe
Epouvantard: Des papillons
Animagus: Non

MessageSujet: Drago&Venia ✘ La nuit garde ses secrets. Mar 1 Mai - 12:00

« C'est quand on est seul à seul, sans témoin, que se révèle le vrai visage des gens. »

La salle commune des Serpentard avait été pleine une bonne partie de la journée. L'année était encore trop peu avancé pour que les apprentis sorciers soient acculés par les devoirs et l'ambiance générale était bonne enfant. Des groupes riaient, d'autres jouaient aux cartes ou aux échecs avec des outils ensorcelés. D'autres encore lisaient des livres de magies, comme s'ils savaient déjà qu'ils seraient en retard s'ils ne prenaient pas une marge d'avance. Quant à Venia, elle était dans un coin de la salle commune, assez éloignées de la cheminée éteinte, proche d'une fenêtre. Elle regardait le soleil baisser à l'horizon et se perdait dans cette contemplation, le visage impassible, l'esprit vide. Elle avait besoin de faire le vide.

Les journées de cours étaient éprouvantes et elle n'avait pas toujours l'occasion de prendre des pauses pour reposer son cerveau fatigué. L'une des séquelles de son "accident" étant qu'elle avait du mal à maintenir un taux de concentration élevé, il lui arrivait fréquemment de perdre complètement le fil du cours. Heureusement, des "amis fidèles" étaient toujours là pour lui passer ses notes, afin qu'elle puisse rattraper son retard, mais celui-ci s'accumulait inexorablement et ce depuis le premier jour, puisque pour compenser les périodes de calme et de vide qu'elle n'avait pas en journée, elle devait vider son esprit pendant les heures où elle devait rattraper... bref, un vrai cercle infernal. Mais pour tout dire, elle s'en fichait un peu. Tant qu'elle parvenait à gérer les crises et à garder le fil des événements pendant plus d'une heure, elle considérait avoir gagné une petite victoire.

Elle entendit, mais n'enregistra pas les départs successifs alors que le temps poursuivait son cours, inlassablement, totalement indifférent à son absence auprès de lui. Ce n'est que lorsqu'elle enregistra enfin qu'elle n'entendait plus aucun rire, plus aucun bruit, qu'elle s'autorisa à lever les yeux. Il n'y avait presque plus personne dans la salle commune. Posant les yeux sur l'horloge, Venia vit qu'il était plus de vingt-trois heures et tout le monde avait certainement rejoins son lit pour être en forme demain... ou pour pouvoir discuter plus tranquillement avec ses camarades de chambrés. La sorcière reposa les yeux sur les quelques individus restant. Un groupe de Serpentard, issu de sixième année, avec en son centre une personne qu'elle connaissait sans mal. Drago Malefoy racontait quelque-chose à ses camarades, la voix la plus basse possible. Il semblait que ses propos soient amusants, mais Venia ne chercha pas à comprendre ses mots.

Détournant les yeux, la jeune sorcière se réinstalla dans sa position initiale, regardant désormais la lune, brillante au-dessus de la forêt interdite. De temps en temps, on voyait des feuilles bouger, des oiseaux s'échapper ou un lapin rejoindre en sautillant la sombre forêt salvatrice. La forêt interdite n'était jamais calme, jamais endormie. Si on y regardait bien, on pouvait deviner les déplacements d'un groupe ou d'un seul individu. Savoir quelle créature devenait rapidement plus complexe, mais quand on suivait les cours de soins aux créatures magiques, on finissait par avoir sa petite idée, suivant la manière dont les animaux et les arbres réagissaient en présence de l'espèce.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
« Alors tu vois, comme tout se mêle et du cœur à tes lèvres, je deviens un casse-tête. Ton rire me crie, de te lâcher avant de perdre prise, et d'abandonner. Car je ne t'en demanderai jamais autant, déjà que tu me traites, comme un grand enfant. »

(c) Tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


▌Hiboux postés : 341
▌Mon arrivée : 12/02/2012

MessageSujet: Re: Drago&Venia ✘ La nuit garde ses secrets. Mar 1 Mai - 22:08

Drago avait, comme pour la plupart des élèves de son année, suivit des cours aujourd'hui. Pas que l'envie y était, mais il avait été forcé, ce qui semblait être la première des logiques n'est-il pas ? Bien. Et ça n'avait pas été passionnant. Son cours de Potion ? Trop facile, il connaissait la réponse depuis des lustres, son Parrain lui ayant enseigné bien des potions durant les vacances scolaires, puisque le jeune Malefoy adorait ça. Ah, c'était un des bons souvenirs des vacances d'été qu'il avait, à vrai dire. Parce que si l'ont se penchait un petit peu plus sur ses vacances, on pourrait alors se rendre compte qu'il n'était guère gâté, se faisant souvent enguirlander d'un rien, obligé d'assister à des entretiens que son père avait avec différents mangemorts, bref, par bien des façons, Malefoy Junior préféré être à Poudlard. C'était quelque par rassurant pour lui de savoir qu'ici, tout ce qui lui rappelait ses parents étaient les bonbons que ça mère lui envoyait par Hibou de temps à autre. Et puis ici, même si il ne pouvait pas oublier qu'il était un Malefoy il pouvait au moins se crée son petit monde, ce qui n'était pas plus mal, même si il était peuplé d'hypocrites qui le suivait juste parce qu'il était d'une famille de sang-pur et que depuis la première année, il s'était fait un petit panel de gens qui adorait le suivre partout où il allait...
C'est d'ailleurs avec ce petit groupe que le jeune homme était retourné en salle commune et avec qui il avait passé toute la journée de cours. Il s'était habitué à leur présence, bien qu'ils avaient parfois des réflexions qui dépassait l'entendement, tellement ça semblait sans cohérences. Mais ce n'était pas grave, Drago avait un petit peu peur de se retrouver tout seul et c'est en partant dans cette optique là qu'il s'était dit que trainer avec eux valait mieux que rien. C'était ça, d'avoir peur de la solitude. Que ferait-il sans monde autour de lui ? Cesserait-il d'exister ? Ce besoin maladif de se faire remarquer, il savait d'où il le tenait et ce n'était pas de Poudlard ou de son éducation. Quoi que... Mais c'était dû au faite que, même aimé par sa mère, durant son enfance, il s'était souvent sentit seul, très seul. Certes il avait eu souvent la visite de ses cousins, mais ça ne faisait pas tout. C'était un plus, cependant. Il pouvait avoir l'impression, même si ce n'était que quelques heures, d'être entouré. Et c'est surement là qu'il a comprit qu'il voudrait une bande rien que pour lui, rien que pour pouvoir être entouré. Ce n'était pas pour son égo - quoi que - mais bel et bien pour se rassurer lui même. Bien sur, vous savez comme il est. Jamais il ne l'aurait fait remarquer et n'aurait encore moins laissé quelqu'un le lui dire, ou autre. Il fallait qu'il soit supérieur, qu'il soit un Malefoy, qu'il fasse briller l'honneur du sang qu'il avait en lui ! Et ça, c'était ce à quoi Malefoy Senior l'avait éduqué - si t'en es qu'il se soit assez intéressé à lui pour qu'il lui fasse une éducation.
Les heures durant, le jeune homme fit son show d'hypocrisie et de méchanceté, de délires plus que mesquins et de choses dont personnes n'aurait envie de l'entendre tellement ça sonnait diabolique. Mais ça faisait rire sa cour et c'était ce qui comptait. Drago n'avait jamais dit qu'il savait s'y prendre avec les gens, de toute manière. Il avait bien remarqué sa cousine, dans un coin de la salle, restée depuis des heures à la fenêtre mais savait que depuis son accident, elle avait besoin de certaines heures pour reposer son cerveau. Il avait décidé alors de ne pas la déranger - et puis, il y avait encore beaucoup de monde dans la salle commune, il n'allait quand même pas se faire griller aussi bêtement ? Alors il la surveillait du coin de l'oeil, comme pour s'assurait qu'elle allait bien, comme pour être sur que personne n'allait lui faire du mal et tendait même l'oreille pour écouter si quelqu'un ne dirait pas des méchancetés sur "la folle de serpentard". Car elle avait beau perdre un peu l'esprit de temps en temps ou déconnecter de la réalité même pendant des cours ou des discussion, Drago avait du mal à considérer sa cousine qu'il adorait de "folle". C'était un terme tellement vulgaire pour lui. "Eh, Malefoy ! Tu en as pas marre de reluquer la folle ?". Un Serpentard plus âgé que lui venait de lui lancé cette phrase et le jeune homme sentit comme un frisson, ayant d'un coup la chair de poule. Mais il remarqua que Venia n'avait rien entendu et bien que le Serpy plus âgé riait comme une vache irlandaise avec son groupe, le jeune homme décida de l'ignorer. Mais il la surveillerait plus modérément, du moins pour aujourd'hui : Il n'allait pas se cramer tout de même.
Le temps passa, les gens partirent et ils se retrouvèrent bien vite en petit comité. Il lança une vanne à ses amis à voix basse, comme si il était en train de se moquer de quelqu'un, ayant le regard qui allait avec... Et bien sur, ils rigolèrent tous comme si c'était la blague gagnante du siècle. C'était ça, d'avoir une certaine ascendance sur les gens, on pouvait en faire ce qu'on voulait quand on le voulait. Finalement, ils allèrent se coucher et il ne restait plus que lui et sa cousine dans la salle commune. Se relevant de sur le canapé, il regarda à gauche et à droite, guettant le moindre bruit qui pourrait indiquer qu'il allait prochainement avoir un Serpentard dans la pièce et s'approcha tranquillement de sa cousine. Doucement, il lui posa la main sur l'épaule pour ne pas lui faire peur et une fois qu'elle se tourna vers lui, il lui adressa un grand sourire complice, adorable. Il se posa à côté d'elle près de la fenêtre et regarda la forêt interdite quelques instants avec elle.


"Salut Cousine. Comment tu te portes aujourd'hui ?"

Il n'engagea pas beaucoup la conversation, voulant voir si d'elle même elle discuterait avec lui. Après tout, peut-être n'avait-elle pas finit de faire le plein de ses heures de repos et il avait compris depuis qu'il savait qu'elle avait eu un accident (très louche en passant) que ce n'était parfois pas la peine de chercher la petite bête, mais que juste sa présence pouvait être utile - ou plaisante.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Non, répliqua Mimi sur un ton de défi, sa voix résonnant avec force dans la vieille salle de bains carrelée, ça signifie qu'il est sensible. Lui aussi les gens le maltraitent et il se sent seul et il n'a personne à qui parler et il n'a pas peur de montrer ses sentiments et de pleurer !"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


▌Hiboux postés : 281
▌Mon arrivée : 25/04/2012

---------------
Patronus: Une brume informe
Epouvantard: Des papillons
Animagus: Non

MessageSujet: Re: Drago&Venia ✘ La nuit garde ses secrets. Mer 2 Mai - 20:05

La rentrée à Poudlard avait été une épreuve difficile pour Venia. Déjà à l'époque où elle était ''normale'', Elle n'avait jamais eu beaucoup d'amis, en dehors des membres de sa famille. Mais depuis qu'elle était revenue, avec tous ses troubles, c'était encore pire. Et cela n'aidait pas forcément. Heureusement que la jeune femme avait toujours su se détacher des choses douloureuses, lui permettant ainsi de se détacher des nombreuses moqueries qu'elle subissait au quotidien.

Bientôt, elle sentit une présence à côté d'elle et devina qu'il s'agissait de Drago. Son cousin si particulier était pire que son grand-frère quand il s'agissait de faire croire qu'on était un Malefoy sur le bout des ongles. Son ainé, lui ne se trahissait qu'en une seule occasion : lorsqu'il s'agissait de la défendre contre le monde entier. Drago, lui, préférait préserver son égo et sa réputation. Pourtant, dès que les autres disparaissait, dès qu'ils se retrouvaient seuls tous les deux, ce petit serpent facétieux se transformait en un doux nounours avec qui elle aimait passer du temps. Drago ne l'obligeait jamais à parler. Il ne cherchait pas à obtenir à tout prix son attention. Elle pouvait disparaître dans les limbes de son esprit brumeux sans qu'il ne cherche à l'en sortir. Dans ses moments, il se contentait de se rapprocher et de poser sa peau reptilienne contre la sienne, lui donnant sa chaleur pour lui rappeler sa présence. C'était ensuite à elle de revenir vers lui quand elle en ressentait l'envie. Mais la question était Comment un petit serpent peut-il avoir une peau si chaude et si douce ? Ne devrait-elle pas être rugueuse et glacée comme celle de tous les serpents ?

Venia quitta des yeux la forêt pour regarder Malefoy quelques instants. Elle lui sourit et regarda à nouveau par la fenêtre. « Un sombral est un cheval ou un morceau de charbon dessiné ? », demanda-t-elle en regardant un groupe d'arbre bouger. « Hagrid a souri quand j'ai posé la question, mais personne ne m'a répondu. Milicent Burrows a dit que j'étais déglinguée du cerveau... Mais après elle a dit que j'étais sans cervelle. C'est un peu inconstant comme injure, tu ne crois pas ? » C'est vrai. Pourquoi la traiter de cervelle en purée si c'était pour dire ensuite qu'elle n'en avait pas. A moins qu'on le lui ait enlevé pendant son séjour à St Mangouste. Mais Venia en doutait. Sinon, comment aurait-elle pu continuer de réfléchir ? Et pourquoi l'autoriser à retourner à Poudlard.

Elle reposa ses yeux sur Drago quand celui-ci lui répondit quelque-chose qu'elle n'entendit qu'à peine. Et elle réalisa que celui-ci s'était installé à côté d'elle. Elle lui sourit et cligna des yeux plusieurs fois. « Bonsoir Drago. Comment vas-tu ? Je suis désolé, j'étais un peu ailleurs. Ca fait longtemps que tu es là ? » Je m'appelle Venia Malefoy, j'ai dix-sept ans. Je suis une sorcière et j'étudie dans la Maison Serpentard de Poudlard. Je parle à Drago Malefoy, mon cousin..., énuméra la jeune fille, comme les médicomages lui avaient appris à la faire quand elle réalisait qu'elle commençait à perdre le fil. Parfois, comme maintenant, elle était là pendant quelques minutes, puis disparaissait à nouveau. Il fallait savoir profiter de ses instants de présence pour la capter et la garder. L'une des principales manières qu'elle avait elle-même pour ce faire était cet exercice de différenciation de la réalité de l'illusion. Commencer par réfléchir à des choses simples, pour pouvoir ensuite observer, entendre et comprendre des éléments plus complexes. Venia cligna encore plusieurs fois des paupières et parvint à rester concentré sur Drago.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
« Alors tu vois, comme tout se mêle et du cœur à tes lèvres, je deviens un casse-tête. Ton rire me crie, de te lâcher avant de perdre prise, et d'abandonner. Car je ne t'en demanderai jamais autant, déjà que tu me traites, comme un grand enfant. »

(c) Tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


▌Hiboux postés : 341
▌Mon arrivée : 12/02/2012

MessageSujet: Re: Drago&Venia ✘ La nuit garde ses secrets. Jeu 3 Mai - 12:03

Drago s'en voulait souvent de ne pas être selon lui assez présent pour sa cousine. C'était vrai qu'il avait du mal à se faire à l'idée qu'il lui était arrivé quelque chose, les sensations étaient toutes nouvelles pour lui, à vrai dire. Il essayait d'être quelqu'un sur qui elle pourrait compter, avec qui elle se sentirait bien, mais tout allait à l'encontre de l'image qu'il voulait donner de lui au monde entier et ça, il ne pouvait foncièrement pas l'abandonner. Bien sur qu'il lui arrivait de péter des câbles quand on s'en prenait à sa cousine, c'était sur, mais la plupart du temps, il ne disait rien. Pour lui, la façon d'elle là pour elle était d'être lui même quand ils étaient seuls. Il ne fallait pas croire, ce n'était pas parce qu'il disait rien qu'il cautionnait ce que les gens disaient. Mais son masque de froideur et en se tenant bien droit, il fermait vaguement les yeux, prenait sur lui pendant quelque seconde et passait à côté. Parfois, il lui adresser un regard, tentant un sourire en coin, comme pour quand même montrer qu'il était là, même si ce n'était que partiel. Il n'était pas le meilleur cousin au monde, c'était sur. Mais il fallait reconnaitre qu'il faisait des efforts, qu'il essayait quand même d'être quelqu'un qu'il ne voulait pas montrer, d'être lui tout simplement. C'était une chose qu'il avait du mal à faire, même quand ils étaient seuls. Il avait besoin de temps, besoin de sureté, il n'avait pas envie de se retrouver comme ça, sans rien, juger par les Serpentards, la famille, le Maitre et tout ce qui s'en suivait. En bref, même si il voulait être présent et réconfortant pour la blonde, il ne pouvait vraiment pas faire faux bond à ce qu'il voulait vraiment faire paraitre. Parfois, ça lui posait de réels cas de conscience, mais qui irait s'amuser à penser que Malefoy avait un coeur, des sentiments et des pensées autre que méchantes et morbides ? Personne. Il s'était tellement bien façonné un personnage depuis tant d'années qu'il ne pouvait pas s'en défaire - et pour dire vrai, il n'en avait pas l'envie non plus. Dedans, il y trouvait bien un certain réconfort, quelque part. Parce que si ça n'était pas le cas, il ne serait pas à le faire. Et puis, c'était ce que les gens attendaient d'un parfait Malefoy, de toute manière, non ?
Le blondinet eu pour réflexe de poser sa main sur celle de la Serpentarde, comme pour lui faire comprendre qu'il était là et que malgré tout, oui, malgré tout ça, elle pouvait compter sur lui. Même si elle n'avait jamais que besoin d'une présence réconfortante, il avait apprit à le faire, à se taire, à la regarder être dans ses pensées, son petit monde, tout en regardant d'un regard parfois vide ce qui se passait autour d'eux. Il avait apprit à ne plus être aussi blessé pour elle, aussi. Parce que si il ressentait ce sentiment là, comment pourrait-il l'aider d'une quelconque manière ? Il ne voulait pas avoir de la pitié pour une personne qui comptait beaucoup pour lui. Ce n'était pas intéressant, pas la peine, non. Alors qu'il s'était lui même perdu dans ses pensées, il fût rappeler par le son mélodieux qu'émettait la voix de Venia. Elle ne devait peut-être pas s'en rendre compte non plus, mais la présence de cette dernière, sa voix et le peu de discussion qu'ils arrivaient à avoir étaient réconfortants pour le jeune homme, aussi. Il lui adressa un sourire réconfortant quand elle lui demanda à propos des Sombrals mais perdit bien vite ce dernier quand elle lui avoua que Milicent s'était moquée d'elle. Si elle lui en parlait, c'était surement que ça l'avait marqué non ?


"J'en parlerai avec Milicent, si je la croise ! Elle n'a pas à te dire ce genre de chose ! Et pour répondre à ta question, moi je dirai qu'un Sombral est un cheval..."

Il savait bien qu'elle ne l'écoutait plus, il l'avait bien vu dans son regard qu'elle avait depuis un petit instant décroché de ses paroles. Mais ce n'était pas grave, parce qu'il savait quelque chose que lui, avait retenu. Et Milicent pouvait être sur qu'elle entendrait parler du pays. Bien sur, si ça cousine n'en avait vu que l'idiotie de la chose, lui en avait vu l'insulte pure et dure, et ce n'était pas quelque chose qui l'amusait réellement, pour le coup. Comment quelqu'un osait-il s'en prendre à elle ? D'accord, ils étaient des Serpentards, mais ce n'était pas la peine pour s'en prendre à l'un des leurs, en plus, c'était lâche de s'en prendre à quelqu'un qui aurait dû mal à vous répondre si elle n'était pas dans une passe bonne à l'écoute. Quand elle se reconnecta à la réalité, il lui accorda un sourire tout gentiment, répondant à le sien. Il savait qu'elle pourrait à présent discuter un peu avec lui, si t'en est qu'elle reste focalisée sur lui ou sur leurs paroles. D'un doigt, il s'amusa à faire des arabesques sur la main de sa cousine, comme pour lui rappeler qu'il était là et qu'elle n'était pas toute seule, là maintenant tout de suite.

"Bonsoir, Venia. Je vais bien, et toi ? Ne t'en fais pas, ça ne fait pas longtemps que je suis là. Il s'est passé quelque chose d'intéressant dans la forêt interdite, depuis le temps que tu la regardes ?"

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Non, répliqua Mimi sur un ton de défi, sa voix résonnant avec force dans la vieille salle de bains carrelée, ça signifie qu'il est sensible. Lui aussi les gens le maltraitent et il se sent seul et il n'a personne à qui parler et il n'a pas peur de montrer ses sentiments et de pleurer !"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


▌Hiboux postés : 281
▌Mon arrivée : 25/04/2012

---------------
Patronus: Une brume informe
Epouvantard: Des papillons
Animagus: Non

MessageSujet: Re: Drago&Venia ✘ La nuit garde ses secrets. Jeu 3 Mai - 20:17

Très souvent, Venia s'en voulait. Elle n'était pas attentive, pas facile à garder dans une conversation. Et elle savait que c'était de sa faute si les gens s'éloignaient. Qui voudrait d'une folle dans ses proches ? Tous avaient déjà leur petite vie, leurs problèmes. Inutile d'en rajouter avec ceux d'une fille incapable de s'occuper d'elle-même et de sa vie quotidienne. Pourtant, de tout cela, elle avait retiré beaucoup de pertes, certes, mais aussi des choses étonnantes. Comme la relation qu'elle avait désormais avec son cousin, Drago. Avant, il agissait un peu comme maintenant, ne lui adressant la parole que lorsqu'ils étaient seuls, lui le vaniteux et elle la fille bizarre. Pourtant, depuis qu'elle avait eu son ''accident'', il était l'un de ceux qui se montraient le plus compréhensif, patient et attentionné. Avec lui, c'était facile.

Aussi, il ne lui reprocha pas de ne pas avoir entendu et comprit sa première phrase et repartit à lui dire bonsoir et à entamer une discussion qu'elle pouvait désormais suivre. La jeune sorcière sourit en baissant les yeux sur leurs mains jointes et la manière dont il lui rappelait doucement et continuellement sa présence. Ca l'aidait. Beaucoup. Pour ce qui était de se concentrer sur la présente discussion. « Un peu fatiguée, mais je vais bien », répondit-elle à sa première question, après qu'il lui eut dit qu'il allait bien. Il la rassura sur le fait qu'il n'était pas là depuis longtemps, puis lui demanda ce qui pouvait se passer dans la forêt interdite pour qu'elle soit aussi intéressée. Venia regarda donc à nouveau à travers la fenêtre.

« Un groupe de centaure s'est battu il y a quelques minutes. », dit-elle avant de pointer l'endroit de sa main libre. « Les arbres n'étaient pas content, ils ont vivement protesté. L'un d'eux a même bousculé un homme cheval. Tu les as entendu ? Moi oui, mais mes voisins non. Je crois qu'ils n'écoutent pas assez... à moins que... » Elle regarda Drago à nouveau et lui sourit doucement. C'était un sourire d'excuse. Parce qu'elle savait que parfois, elle était certaine de percevoir des choses, en était plus que convaincue, alors qu'en vérité, il n'y avait rien. Les magicomages appelaient ça des hallucinations. « A moins que ça soit moi qui déraille. S'il n'y a que moi qui entend, c'est qu'en fait, ça n'est pas réel... » Et encore une fois, elle changea facilement de cap et revint vers la forêt, montrant un nouvel endroit. L'endroit où se trouvait le saule cogneur, paisible, seulement déranger par la légère brise qui passait au-dehors. « Une petite souris... à moins que ça soit un chat... il est passé sous le saule. Il a cogné fort pendant longtemps. Le chat l'a décoiffé. Mais tu dois trouver ça ennuyeux. Tes amis doivent être de bien meilleure compagnie. Tu ris bien quand il sont avec toi. »

Elle n'avait jamais été dupe sur cet état de fait. Nombre de gens préférait la compagnie des autres plutôt que la sienne. Pas très bavarde, souvent dans la lune,... déjà avant d'avoir des troubles, elle n'était pas de la meilleure compagnie, alors maintenant qu'elle déraillait complètement, les gens devaient probablement se forcer plus qu'auparavant pour accepter de passer plus d'une minute en sa compagnie.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
« Alors tu vois, comme tout se mêle et du cœur à tes lèvres, je deviens un casse-tête. Ton rire me crie, de te lâcher avant de perdre prise, et d'abandonner. Car je ne t'en demanderai jamais autant, déjà que tu me traites, comme un grand enfant. »

(c) Tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


▌Hiboux postés : 341
▌Mon arrivée : 12/02/2012

MessageSujet: Re: Drago&Venia ✘ La nuit garde ses secrets. Ven 4 Mai - 12:19

Drago se prêta à repenser à leur relation d'avant et se rendit compte qu'elle n'avait pas bien changée, finalement. Il avait dû apprendre la patience et l'écoute, mais sinon, il était resté le même avec elle, malgré des débuts difficiles, quand il avait du mal à croire qu'un accident était arrivé à sa cousine et qu'il en rejetait la faute sur n'importe qui était sur son passage à l'instant. Ce n'était pas la meilleure solution, mais c'était comme ça et même au jour d'aujourd'hui, il ne s'en voulait pas pour ça. De toute façon, c'était passé et il n'y avait rien qu'ils auraient put faire d'autre, si ce n'est fouiller un peu plus du côté de l'accident de cette dernière : Il était trop bizarre pour être juste. La version qu'il avait du avoir devait être erronée ou quelque chose dans le genre, parce qu'il imaginait mal que le faite qu'elle se soit électrocutée est provoqué ça. De plus, dès qu'il posait des questions un petit plus poussées sur ce qu'il s'était réellement passé, il n'avait jamais de réponse. Que ce soit aux parents de Venia - Car il en était arrivé à aller lui demander, à son oncle. Mais jamais aucunes réponses autrement que vague et ça avait le don pour énerver le blondinet, sachant que derrière se cachait quelque chose. Il ne savait pas quoi, mais foi de Malefoy, il l'apprendrait assez vite. Bien sur, il n'avait jamais demandé à Venia, ne voulant pas non plus la perturber, lui rappeler de mauvais souvenirs ou la faire se braquer, ce n'était pas le but de la manœuvre. Ce n'était pas non plus une curiosité malsaine mais en faite il ne sentait pas quelque chose de net derrière tout ça - et malgré les apparences, protéger sa cousine était quelque chose de bien coincé dans sa tête te qu'il s'essayait à appliquer autant qu'il se le permettait lui même. C'était assez compliqué. Ce n'était pas qu'il ne voulait pas, mais c'était qu'il ne pouvait pas. Il se coinçait lui même de toute les manières, mais il avait l'habitude aussi...
Le jeune Malefoy avait raison, après ses premières phrases, elle avait déjà décrochée. Mais ça ne lui avait pas empêché de répondre - ou de lui en vouloir d'une quelconque façon parce qu'elle n'avait pas suivit ce qu'il avait pût lui dire. Ainsi, quand elle l'avait salué, il savait qu'elle resterait un petit peu plus focus sur la conversation. Il y avait certaines signes qu'il avait apprit à déterminer avec le temps. Par exemple, quand elle avait un dialogue pour ou moins censé, que ses yeux avaient une certaine lueur, quand son sourire était présent - quelques petites choses bénignes qui lui mettait souvent la puce à l'oreille... Alors il l'avait resalué comme si il venait d'arriver. Engageant une conversation comme si c'était la première de la journée, lui retournant sa question. Un peu fatiguée ? Ca ne l'étonnait pas. Mais depuis son accident, elle était souvent "Un peu fatiguée". Si bien qu'il en était arrivé à se dire que ça devait être éprouvant. Doubler d'effort pour rester concentrée, par exemple. Alors qu'il lui demandait ce qui s'était passé dans la forêt interdite, ma main caresser toujours le dessus de celle de Venia, dans un geste devenu machinal. C'était elle, qui, un jour, lui avait dit que le contact physique l'aidait à rester sur le moment présent. Et Drago était assez proche d'elle pour que ça ne gêne aucun des deux, ce contact, bien au contraire. Il l'écouta raconter des histoires sur la forêt interdite; pour lui c'était des histoires, pour elle s'en était surement la pure réalité. Du moins c'était surement ce qui s'en rapprochait le plus. Dans un sens, c'était sympa de croire en ce genre de chose. Si jamais il n'était pas aussi terre à terre, il aurait volontiers cru à ce que sa cousine croyait percevoir, entrant dans son histoire sans problème. Mais finalement il l'écoutait avec un sourire bienveillant, ne répondant pas quand elle lui demanda si il avait entendu. De toute façon, il n'aurait pas pût répondre, puisqu'elle avait quasiment tout de suite reprit la parole. Là encore, il n'eut rien à répondre, puisqu'elle repartit dans son histoire toute seule, parlant d'un chat ou d'une souris passant sous le saule cogneur. Dans un sens, même si ça n'était pas réel, ça devait être sympa de voir ce qu'elle voyait, non ? Elle s'échappait de ce monde de brut sans même s'en rendre compte. Bien sur, ce n'était pas de sa faute, mais ce n'était pas si mal si parfois elle n'était pas consciente du monde de fous dans lequel ils étaient tous en train d'évoluer. Il secoua négativement la tête quand elle dit qu'il devait trouver ça ennuyeux. Au contraire, ça en était fascinant.


"J'aime passer du temps avec toi, Venia." tenta t-il de la rassurer par la suite, fixant son regard dans celui de sa vis-à-vis. "Et puis avec mes amis, ce n'est pas pareil, c'est autre chose et puis je rigoles bien avec toi aussi. Tu veux savoir un secret ?" Sa voix s'était faite plus douce, plus calme, moins forte, plus sur le ton de la confession pour aller avec ses dires. "Je préfère largement passer du temps avec toi qu'avec eux."

Il lui fit un petit sourire, ne sachant pas comment il devait lui même réagir face à l'aveu, mais il n'avait pas envie qu'elle commence à penser qu'elle était de si mauvaise compagnie qu'il se forçait à être avec elle, parce que ça n'était pas du tout le cas. N'importe qui aurait entendu ce que le jeune venait de dire à la blonde l'aurait prit pour quelqu'un ayant prit l'apparence de Malefoy sous polynectar - Tient, c'était une idée à retenir, pour se dépatouiller d'une histoire dans laquelle il ne voudrait être mêlé ou voudrait s'en sortir, non ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Non, répliqua Mimi sur un ton de défi, sa voix résonnant avec force dans la vieille salle de bains carrelée, ça signifie qu'il est sensible. Lui aussi les gens le maltraitent et il se sent seul et il n'a personne à qui parler et il n'a pas peur de montrer ses sentiments et de pleurer !"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


▌Hiboux postés : 281
▌Mon arrivée : 25/04/2012

---------------
Patronus: Une brume informe
Epouvantard: Des papillons
Animagus: Non

MessageSujet: Re: Drago&Venia ✘ La nuit garde ses secrets. Dim 6 Mai - 18:36

Elle n'y croyait pas trop. Même si elle savait que Drago avait pris pour habitude de ne pas mentir quand ils étaient seuls, elle doutait qu'il préfère passer du temps avec elle plutôt qu'avec ses amis, même s'il secouait négativement la tête à ses propos. Même s'il lui disait qu'il aimait passer du temps avec elle. Elle ne dit rien cependant et se focalisa complètement sur lui quand il lui demanda si elle voulait savoir un secret. C'était dit sur le ton de la confidence, très doux et tout bas. Elle hocha la tête, l'air d'une enfant un brin impatiente et tendit l'oreille. Il lui avoua qu'il préférait passer du temps avec elle plutôt qu'avec ses amis et lui sourit. En retour, elle rit. Ça n'était pas un rire moqueur, mais plutôt amusé et heureux aussi. Elle était heureuse d'entendre ça, même si elle n'y croyait toujours pas entièrement. « Mister Malefoy, qui s'amuse et qui chante auprès de sa cour, préférerait la compagnie d'une folle cousine, à celle de ses futurs compagnons d'armes », dit-elle malicieusement.

Elle n'était pas idiote, pas aveugle à ce point. Personne ne l'était. Si Drago Malefoy continuait dans la voie qu'il avait choisie, il suivrait les traces de son père, ferait le choix des Mangemorts et suivrait les ordres de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Et une cousine complètement barge n'avait aucunement sa place auprès de lui dans ses conditions. Elle serait même une des premières à périr s'il devait y avoir guerre et que les Mangemorts gagnaient cette guerre. Une Sang-Pur incapable d'assumer ses choix, sans cervelle et sans raison... Sans même parler des raisons qui faisaient qu'elle était comme ça, sans même parler de ce qu'elle avait fait au début des vacances et qui avait conduit à ce cirque mensonger, elle ferait partie des victimes de l'épuration. Et elle en avait pleinement conscience.

Elle baissa les yeux sur leur main jointes, où il s'amusait toujours à dessiner des choses sur sa peau. En se concentrant bien, elle pouvait presque voir les motifs s'imprimer sur sa peau. Des lignes brillante, faites de paillettes d'argents. Son rire s'estompa et un fin sourire prit sa place. « Regarde, ton doigt magique écrit en lettres d'argents. Une main verte aurait mieux convenue que la mienne. Nous serions vraiment des serpents Serpentard. Et avec ton tracé d'argent, nous aurions bien représentés notre maison. Les autres aussi ont des sorciers aux doigts stylo ? Parfois pendant les matchs il y en a... des gens au visage rouge, jaune, bleu, marron... C'est beau les couleurs, c'est vivant. Mais ça n'est pas très normal un visage rouge ou vert. »

Venia baissa à nouveau les yeux, un peu perdue. « Je suis... Je suis... » Elle n'arrivait plus à trouver ses mots. Elle avait beau chercher, elle n'y parvenait pas. « Désolée », dit-elle après un moment d'effort. « Je suis désolée. Je ne voulais pas dire ses idioties. Je voulais rester avec toi, pas... pas faire... pas... » Elle ferma les yeux et balança sa tête en arrière, se cognant au passage au mur qui soutenait son dos. Elle n'y arrivait plus. Elle ne retrouvait plus ses mots et tout s'embrouillait. Ses délires, sa conscience, sa conversation avec Drago. Réfléchis, tout remettre en ordre, elle devait remettre les choses en ordre, elle pouvait le faire. Je m'appelle Venia Malefoy, fille de Marcus et Erezia Malefoy. J'ai dix-sept ans. Je suis sorcière et étudie à l'école de Magie de Poudlard au sein de la maison Serpentard.

Inspirant plusieurs fois profondément, elle posa à nouveau les yeux sur Drago et fit un petit sourire d'excuse. « Tu peux être honnête avec moi ? Ils me tueront vite... ou ils me feront payer ? » Elle n'aurait peut-être... probablement... Elle n'aurait vraiment pas dû poser cette question, mais elle lui brûlait les lèvres. Si Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom gagnait cette guerre des nerfs, si une vraie guerre était lancée et si celui-ci devait la remporter. Elle voulait savoir comment elle finirait. Elle devait savoir. Peut-importe que ça la rende un peu plus folle ou non... peut-être même serait-ce pour le mieux qu'elle perde encore plus la tête.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
« Alors tu vois, comme tout se mêle et du cœur à tes lèvres, je deviens un casse-tête. Ton rire me crie, de te lâcher avant de perdre prise, et d'abandonner. Car je ne t'en demanderai jamais autant, déjà que tu me traites, comme un grand enfant. »

(c) Tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


▌Hiboux postés : 341
▌Mon arrivée : 12/02/2012

MessageSujet: Re: Drago&Venia ✘ La nuit garde ses secrets. Sam 2 Juin - 10:41

Et pourtant, le jeune Malefoy avait eu du mal à comprendre comment il arrivait à être celui qu'il était réellement auprès de sa cousine, ou encore comment elle faisait pour accepter ce Malefoy qui était finalement à des lieux de celui qu'il paraissait être. En fait, le jeune homme avait fini de se poser ce genre de question, parce qu'il n'en trouvait pas la réponse. Peut-être que sa cousine, bien qu'ayant des problèmes de concentration ou autre, lui ressemblait assez pour qu'il se sente protecteur, voir confiant en sa présence ? Qu'il ne soit pas un con sans cerveau toute sa vie, quand même. Ou un fan addict du Seigneur des Ténèbres. Tant qu'il n'avait pas à l'aduler réellement mais juste à montrer un interet à son père, ça lui allait. Ca ne l'obligeait pas à mettre des actes derrière ses paroles... Mais ça ne tarderait pas à être d'actualité, il le savait. Plus il grandissait, plus il se devait d'avancer vers celui qui devrait être son Maitre. Son père avait d'ailleurs jugé bon de lui faire faire le rite d'initiation, de prêter son bras gauche au Mage Noir, de le laisser lui imprégner un serpent et une tête de mort, de lui installer la marque des ténèbres. Ca avait fait mal, ça avait brulé, il ne l'avait que très difficilement supporté, mais rien ne lui aurait jamais fait plus mal que de se voir d'un oeil extérieur et de voir qu'il aurait réellement fait n'importe quoi pour le plaisir de son père.
Pour revenir au moment présent, le jeune homme n'avait put empêcher d'esquisser un sourire quand il avait vu la réaction de Venia alors qu'il lui avait demandé si elle ne voulait pas savoir un secret. Et le rire de la demoiselle fit sourire pleinement Drago cette fois-ci. Il savait bien qu'elle ne se moquait pas de lui, même si il ne savait pas totalement la signification de ce rire. Mais l'entendre faisait bêtement du bien, en fin de compte. Mais son sourire s’effaça quand elle parla de futurs compagnons d'armes et d'un coup son regard se fit fuyard, moins pétillant. Elle ne savait pas qu'il avait cette marque, sur son avant bras, mais ne désirait pas lui en parler non plus. Personne ne le savait, si ce n'est les Serpentard avec qui il trainait, histoire de se faire mousser et faire comprendre qu'il n'était pas un rigolo qui parlait mais n'agissait pas, montrant fièrement à qui voulait la voir pour en avoir la certitude. Même si au fond, c'était tout le contraire, étant dégouté par cette chose qu'il était obligé de voir quotidiennement. Mais il savait que même Venia ne se faisait pas d'illusions et que même si il était gentil et "normal" avec elle, il deviendrait quand même un Mangemort. Il l'était déjà, même si il n'avait pas eu d'actions réellement, ou de missions... Encore heureux. Alors il ne trouva absolument rien à lui répondre, ne sachant pas ce qu'il devait dire, ayant tiqué sur la fin de sa phrase. Avec un peu de chance, elle ne remarquerait pas son désarroi présent.
Finalement, Venia commença à divaguer et même si il avait toujours du mal quand elle faisait ça, se sentant peiné pour elle, il la remercia mentalement. Peut-être que sa précédente attitude, elle ne l'aurait pas vu comme ça. Peut-être même qu'elle ne s'inquiéterait pas du manque de vitalité dans ses yeux une fois qu'elle eu dit ces quelques mots qui avaient comme donné un coup de massue au blondinet... Si c'était le cas, ce serait pour le mieux dans le meilleur des mondes. L'écoutant avec le regard dans le vide, il faisait toujours des arabesques sur la main de sa cousine, comme pour lui montrer qu'il était là et que quand elle reprendrait pied avec la réalité, il serait toujours là. Comme pour la soutenir dans cette divagation. Ce qu'elle racontait pouvait faire rêver, un peu. Si on se projetait dans ce qu'elle arrivait à voir. En fait, ça donnait l'occasion de voir le monde d'une autre façon, même si c'était sa cousine "folle" qui le lui faisait remarquer. Parfois, bien sur, ça n'avait tellement ni queue ni tête que même lui n'arrivait pas à suivre, mais parfois, ça en était très intéressant. Lui aimait l'écouter, quand même. Certains ne voudraient plus etre présents à partir du moment où elle était "en crise" mais lui, au contraire, ce n'était pas plus une façade de sa cousine qui le dérangeait. Il l'aimait et ça, ce n'était pas simplement pour la partie "saine" de son cerveau, quand elle était bien ancrée dans la réalité. Mais le moment où elle reprenait pied n'était jamais commode, car elle se rendait compte qu'elle avait divagué et il voulait bien tenter de comprendre combien ça pouvait être agaçant et blessant. Alors qu'elle s'excusait et qu'elle semblait même se perdre dans sa propre phrase, elle commença un mouvement de bascule qui lui faisait se cogner contre le mur derrière elle, mais qui ne la faisait pas s'arrêter pour autant. Dans un geste protecteur, il passa ses bras autour d'elle et lui chuchota des chuuut pour qu'elle se calme, attendant patiemment que ça passe. Il ne lui en voulait pas, il savait combien ça lui demandait de la concentration d'avoir ne serai-ce qu'une petite conversation avec lui et à force de concentration, ça fatigue et il faut relâcher la pression. Bon, son cerveau avait une façon de le faire bien particulière, mais tant pis. Pour ça, il était plus qu'apte à la comprendre parfaitement, sa cousine.
Finalement il enleva ses bras d'autour d'elle quand elle reprit la parole et une fois qu'il eu tout écoutait, il se dit mentalement "Heureusement que j'étais assis !". Ses yeux s'étaient ouverts sous le choc de la question, un éclair de peur passa dans le regard du jeune homme. Il n'avait pas envie de lui mentir, mais comment ne pas lui dire la vérité alors qu'elle était totalement consciente de ce qui pourrait lui arriver si jamais le Seigneur des Ténèbres gagnait ? Bien qu'il se soit déjà posé la question, jamais il n'aurait eu l'idée d'aborder la question avec elle. Et puis pour dire vrai, il ne savait pas ce qu'ils lui ferait... Au fond de lui, il espérait qu'ils ne lui ferait rien. Mais il fallait être réaliste... Mais il n'avait pas envie que ça arrive, alors ne pas en parler était une façon certes bancale de fuir cette inévitable et dérangeante vérité.

"J'en sais rien Venia, pour dire vrai... Mais ton frère et moi, on sera toujours là pour te protéger et "trouver des excuses" pour qu'ils ne te touchent pas..."

C'était vrai, ça. Enfin, trouver ses excuses... Oui. Dire qu'elle pourrait servir, que c'était pas sa faute, inventer le plus grand mensonge de l'univers juste pour qu'ils ne la touchent pas, c'était plausible de la part des jeunes hommes, même si son cousin se mettrait beaucoup plus en danger que Drago, il fallait être réaliste.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Non, répliqua Mimi sur un ton de défi, sa voix résonnant avec force dans la vieille salle de bains carrelée, ça signifie qu'il est sensible. Lui aussi les gens le maltraitent et il se sent seul et il n'a personne à qui parler et il n'a pas peur de montrer ses sentiments et de pleurer !"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


▌Hiboux postés : 281
▌Mon arrivée : 25/04/2012

---------------
Patronus: Une brume informe
Epouvantard: Des papillons
Animagus: Non

MessageSujet: Re: Drago&Venia ✘ La nuit garde ses secrets. Dim 3 Juin - 22:04

Elle l'était parfois. Réaliste. Dans de rares moment, elle l'était. Sans doute bien plus que la plupart des gens. Et c'était souvent plus effrayant que la folie qui l'habitait depuis le jour fatidique de « l'accident ». Parce que dans ses moments-là, elle savait parfaitement ce qu'il adviendrait d'elle. Ce qu'on dirait. Ce qu'on ferait. La tuer. Voilà le traitement qu'on lui infligerait. Et si elle était parfaitement honnête avec elle-même, elle savait que ça ne se ferait pas en douceur, ni rapidement. Elle avait failli mourir une fois déjà, sous le sortilège Doloris, le pire de tous. Et elle n'en avait réchappé que par un miracle dont elle ignorait le nom. Personne ne pouvait lui dire, ce qui avait forcé son père à faire ce qu'il avait fait et elle savait que jamais elle ne pourrait le demander. Ni à lui, ni à sa mère. De toute manière, son père ne lui parlait plus. Il ne voulait plus rien avoir à faire avec elle. Quant à sa mère, tant qu'elle pouvait la fuir, elle la fuyait. C'était comme si elle n'était plus rien. Comme si elle n'était plus qu'une étrangère qu'on refuse d'avoir sous son toit et non leur fille autrefois tant aimé. Qui savait quel miracle faisait qu'elle était encore admise dans la demeure Malefoy. Qu'elle avait eu le droit d'aller à Poudlard. Et qu'on avait pas simplement prétendu sa mort, voir commis son exécution finale. Peut-être que c'était Gavin. La peur de ce qu'il ferait, de ce que ferait les autres, si on avait été plus loin... ou peut-être que le plan était de la détruire complètement, avant de lui asséner le coup final.

Drago lui avoua qu'il ignorait ce qu'on lui ferait subir. Elle, elle avait tout simplement peur de dire la vérité. D'autant que dire qu'elle pouvait sans mal imaginer ce qu'on lui ferait subir voulait dire qu'elle devrait raconter ce qui lui était véritablement arrivé. Ce qu'il se cachait sous le mot « accident ». Et ça c'était une chose impensable. Peu importe combien son père la détestait, combien elle n'était plus en sécurité sous son propre toit. Si elle voulait continuer de vivre le plus normalement possible encore quelques mois, elle devait prétendre que tout allait bien chez elle et que son accident était véritablement un accident. Alors comme lui, elle prit le partie de hausser les épaules et de fermer les yeux sur la vérité. Tant qu'elle pouvait le faire, mieux valait le faire. Elle sourit néanmoins lorsqu'il parla de son frère qui la défendrait autant que lui contre Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom, lui assurant qu'ils feraient tout pour lui trouver une excuse, des circonstances atténuantes, afin qu'elle ne devienne pas la cible. Elle n'avait pas besoin de lui demander lequel de ses trois frères il avait en tête en disant cela. Elle ne connaissait qu'un frère capable de risquer sa vie pour elle. Pas que ses deux cadets en soient totalement incapables ou totalement inintéressés par sa survie. Mais parce qu'elle savait que de tous, un seul ne serait jamais capable de faire passer sa vie avant la sienne. Même avec toute la parlementation du monde. Même en sachant qu'elle serait une cause perdue. Même sous l'emprise d'un sortilège d'Imperium... Jamais, Jamais Gavin ne laisserait quiconque lui dire « Protège ta vie plutôt que celle de Venia ». Pas son Gavin. Il en était incapable. Aussi sûrement qu'elle serait incapable de le laisser se sacrifier pour elle, même au travers d'une de ses crises les plus violentes. Elle pourrait soulever des montagnes pour lui, combattre le monde entier et Le Seigneur des Ténèbres en personne.

« Tu devrais aller dormir », murmura Venia en regardant l'horloge qui trônait au-dessus de la cheminée de la salle commune, puis en posant les yeux sur l'âtre dans laquelle le feu commençait déjà à s'éteindre tout seul par manque de bois remit. « Il est tard et demain les cours commencent tôt. Et puis les elfes n'aiment pas travailler quand quelqu'un les observe. Je crois qu'ils ont des consignes là-dessus. Hermione Granger dit qu'ils doivent rester invisible. » Elle avait entendu une conversation, un jour. La première de la classe, élève de Gryffondor, débattait vigoureusement avec ceux que Venia pensait être ses amis. Harry Potter, le célèbre et Ron Weasley, un cousin éloigné, rejeté par les Malefoy et par toutes les autres familles Sang-Pur. « C'est inadmissible que la majorité des élèves ignorent combien ils participent à la vie de ce château, à tout ce qu'on mange, au feu dans notre cheminée et à nos affaires toujours rangées. », s'exclama vigoureusement la jeune sorcière, à voix basse cependant pour ne pas attirer l'attention de Serpentard qui ne dormiraient pas, imitant presque parfaitement l'attitude de Miss Granger, à défaut de savoir imiter sa voix. « J'aimerais que les élèves prennent un peu plus en considération ses êtres que l'on traite comme des esclaves. Si seulement la S.A.L.E. pouvait bénéficier d'une meilleure visibilité. Peut-être que les gens ouvriraient les yeux. » Elle rit à nouveau toute seule, s'exclamant que c'était une drôle de fille, avant de reposer les yeux sur Drago et de lui sourire avec toute la tendresse d'une cousine pleine de gratitude pour sa gentillesse envers elle. « Mais je te retiens encore, alors que tu devrais dormir. Je ne suis pas très gentille. »

Elle aussi il lui fallait du repos. Le mieux aurait été qu'elle dorme profondément, d'un sommeil réparateur. Sauf que depuis l'accident, ses rêves n'avaient plus rien de reposant. Ca n'était que cri, douleur et ailes de papillons. Ses papillons qui l'effrayaient tant désormais. Des petites bêtes qu'autrefois, elle adorait, les trouvant magnifiques avec toutes leurs couleurs, leur côté si éphémère et leur magie cachés. Rien que de penser aux ailes de ses insectes tant appréciés par toute personne normalement constituée, Venia frissonna de la tête aux pieds.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
« Alors tu vois, comme tout se mêle et du cœur à tes lèvres, je deviens un casse-tête. Ton rire me crie, de te lâcher avant de perdre prise, et d'abandonner. Car je ne t'en demanderai jamais autant, déjà que tu me traites, comme un grand enfant. »

(c) Tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Drago&Venia ✘ La nuit garde ses secrets.

Revenir en haut Aller en bas

Drago&Venia ✘ La nuit garde ses secrets.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAWN FATE :: » Hogwarts. :: Dortoirs et Salles Communes des Maisons :: »Serpentard-